logo DocAsie

Rechercher





Accueil du site > Présentation > Texte fondateur

Texte fondateur

mis à jour le

Présentation

Comment travailler aujourd’hui en documentation ou en bibliothéconomie sans une ouverture sur les autres, sans une connaissance des ressources existantes, sans une mutualisation des compétences ? C’est à partir de ces questions que la nécessité de la création d’un réseau regroupant les documentalistes et bibliothécaires travaillant sur l’Asie devient l’évidence.

Le réseau national DocAsie est un réseau thématique pluridisciplinaire et de compétences. Il permet de recenser les fonds spécialisés sur l’Asie, de créer ou de resserrer les liens entre les centres de documentation et de favoriser les échanges. La diversité des structures (labos CNRS ou mixtes, départements de BU, BnF, bibliothèques municipales, fonds d’archives, etc.), loin d’être un obstacle, est une richesse qui promet de fructueuses rencontres. A partir d’une cohérence basée sur l’aire géographique, il s’agit de mettre en commun les savoirs et savoir-faire dans le respect des différences et des spécificités de chacun.

Organisation du réseau

La participation au réseau est basée sur le volontariat. Le comité de pilotage, composé de 5 à 8 personnes, sera chargé de coordonner les différentes actions du réseau, d’organiser les réunions annuelles et d’assurer la mise en œuvre des objectifs fixés. Il sera le représentant officiel du réseau.

La composition du comité de pilotage devra si possible refléter la diversité des institutions d’origine. Le comité de pilotage se réunira au moins trois fois par an physiquement ou virtuellement. Le comité de pilotage devra assurer la visibilité du réseau. Les membres du réseau le présenteront dans les réunions, colloques, rencontres auxquels ils participeront afin de le faire connaître. Une première présentation a été faite aux Rencontres des Professionnels de l’IST à Nancy en juin 2007. Le comité de pilotage devra également trouver des financements afin d’assurer les réunions annuelles. Les membres du comité de pilotage s’engagent sur une durée d’un an. A chaque réunion annuelle, ceux qui le désirent pourront quitter le comité et d’autres membres du réseau les remplaceront. Tout professionnel de la documentation ayant un intérêt particulier pour l’Asie peut se porter membre du réseau.

Objectifs

Les objectifs du réseau sont doubles.

Pour les membres du réseau :

  • créer des liens formels entre les centres de documentation
  • mutualiser les compétences et les connaissances
  • échanger des données et/ou des ouvrages
  • développer les partenariats avec les bibliothèques et réseaux à l’étranger travaillant sur l’Asie

Pour les publics :

  • offrir une véritable plate-forme d’accompagnement de la recherche
  • favoriser l’accès aux ressources spécifiques à un public élargi, professionnel ou non
  • assurer la visibilité des fonds documentaires

Actions

Afin de concrétiser les objectifs précédemment cités, les actions suivantes seront mises en place :

  • créer un site web dynamique. Ce site, vitrine du réseau, permettra de proposer les liens vers les catalogues de tous les centres membres sur une même page ; de mettre en ligne les actualités (listes d’acquisitions, colloques…) de chaque centre.
  • continuer le recensement des centres de documentation travaillant sur l’Asie. Un annuaire sera accessible sur le site.
  • ouvrir une liste de diffusion pour le partage de l’information professionnelle.
  • organiser une réunion annuelle de tous les membres du réseau. Cette réunion pourra se tenir dans un lieu différent chaque année.

Texte adopté collectivement par les membres fondateurs lors de la première réunion du réseau DocAsie tenue les 5 et 6 juillet 2007 à Marseille :

Cao Thi Liêu (CNRS / Musée Guimet)
Christophe Caudron (EFEO / Maison de l’Asie)
Cheng Ying (EHESS / CRLAO)
Cécile Colonna d’Istria (SCD / Université d’Avignon)
Yasuko d’Hulst (EHESS / Centre Japon)
Valentina de Monte (BM Lyon)
Maylis Dulois (SCD / Université de Provence)
Jie Formoso (BnF / Site François-Mitterrand)
Françoise Gubry (CEPED / IRD)
François Guillemot (CNRS / IAO)
Céline Lemasson (CNRS / Bibliothèque Haudricourt)
Louise Pichard-Bertaux (CNRS / Maison Asie-Pacifique)
Michel Schlotter (CNRS / INIST)
Laurence Vialaron (SCD / Université Lyon 3)
Miyuki Yamamoto (CNRS / IAO)
Zhang Yu (CNRS / IAO)
Jean-Luc Bidaux (observateur)